Le métier de Productrice de plantes aromatiques et médicinales

Le métier de Productrice de plantes aromatiques et médicinales

Ce métier est un métier passion qui est rythmé par les saisons.

Tout commence au printemps avec la préparation du jardin pour l’été : préparation des nouvelles planches de culture, plan du jardin en choisissant ou iront les nouvelles plantes en fonction de leurs besoins (eau, lumière, sol).

Les récoltes sauvages reprennent selon la saisonnalité des plantes.

Les semis sont prêts et non plus qu’à être plantés ainsi que les nouvelles plantes reçues du pépiniériste.

Le désherbage et le binage commencent toujours assez rapidement et vient la saison des récoltes.

Une fois récoltées, les plantes sont soient mises à sécher, soient distillées fraiches.

L’été arrive et le travail bat son plein ! Une journée type commence par 2h/3h de binage, puis 3h de récolte, puis place à la transformation avec du mondage qui consiste à séparer les feuilles des tiges ; de la distillation, ou de la macération : alcoolique pour les liqueurs, huileuse pour les cosmétiques.

Fabrication de tisanes, d’aromates, mise en bouteilles de liqueurs et d’hydrolats et fabrication de cosmétiques une fois les transformations 1ères terminées.

Les journées durent le temps de l’ensoleillement 🙂

Quelques marchés pendant l’été mais le jardin demande trop de temps…

La saison dure tant que la météo le permet et que les plantes donnent suffisamment pour être récoltées.

L’automne est là et la fabrication de produits prend le pas sur le jardin. Les marchés recommencent à temps plein.

Au jardin, certaines plantes nécessitent d’être recouvertes d’une petite laine pour passer l’hiver. Installation des tunnels nantais et dernière coupe.

L’hiver arrive et le marché de Noël avec. Conception de nouvelles recettes et fabrication de produits sont de mises.

Début d’année, un peu de repos et ça repart pour continuer les marchés et salons. C’est une période propice pour faire le tri dans la paperasse et le temps ne passe pas très vite…

Puis vient le début des beaux jours ou on commence à penser à l’été et ou les semis sont mis en place sous serre pour être fin prêts pour le printemps.

Et hop, le printemps revient et c’est reparti pour une année 🙂

Bien sûre je ne parle pas de règlementations qui incombent les petits producteurs-trices comme moi car celles ci sont très lourdes pour des paysan-ne-s : règlementation concernant les plantes libérées de la pharmacopée, règlementation cosmétiques, règlementation de vente directe, déclarations…

Voici une année type pour ce métier passion ou nos journées sont remplies de rencontres humaines l’hiver et floristiques et faunistiques l’été 🙂

Voici une interview de Radio Magny sur mon métier 🙂