Distillation par entrainement à la vapeur d’eau

Distillation par entrainement à la vapeur d’eau

8 octobre 2018 0 Par Frédérique

L’essence est une sécrétion naturelle de la plante contenue dans des micro-poches. Celles-ci, selon les plantes, peuvent se trouver dans les fleurs, les feuilles, les semences, la tige, les aiguilles, le bois et les racines.

La distillation peut intervenir juste après la cueillette (lavande, basilic, menthe..) ou après quelques jours de préfanage (à l’ombre et bien ventilé), pour les résineux (pin, sapin, cyprès, etc…).

Je ne broie aucun végétal avant distillation. Le procédé d’extraction utilisé est la distillation par entraînement à la vapeur d’eau. Pour ce faire, je dispose d’un alambic en cuivre de 100L.
L’eau est placée dans la cuve en bas, chauffée et une fois arrivée à 100° devient vapeur.
La vapeur d’eau passe dans la cuve qui contient la plante à distiller. Au passage elle se charge en “composés actifs” de la plante, puis est refroidit en passant dans le serpentin entouré d’eau froide et sort donc en phase liquide. Cette phase contient l’hydrolat (ou l’eau florale) et l’huile essentielle de la plante distillée.
Les deux éléments se séparent par différence de densité, dans les ampoules à décanter ou l’essencier.

Je conserve l’huile essentielle dans des petites fioles en verre, et l’hydrolat dans des bidons en plastique alimentaire, après les avoir filtrés. Huiles essentielles et hydrolats sont ensuite placés à l’abri de la lumière et à température constante dans mon petit labo.

Nettoyage de l’alambic et de la verrerie

Après chaque distillation, l’ensemble de la verrerie, l’essencier et l’alambic sont nettoyés pour ne garder aucune trace de la distillation effectuée, et préparer ainsi tout le matériel à la suivante (plante différente).

Le flaconnage

Les hydrolats sont ensuite mis en flacon de 200 ml manuellement avec un pot en inox,  puis étiquetés (date limite d’utilisation, numéro de lot, etc…).

 

Pour les hydrolats, la part est de 1 pour 1, c’est à dire que pour 1 kg de plantes cueillies je récupère 1 litre d’hydrolat de cette plante.

 

L’alambic est relié à une cuve de 1000L afin de récupérer l’eau chaude, elle même reliée à une 2ème cuve de 1000L afin de laisser l’eau refroidir pour l’injecter dans le refroidisseur de l’alambic à la prochaine distillation. Cela permet d’économiser l’eau, très sollicité lors d’une distillation.

Pour le moment, j’utilise du gaz pour chauffer l’eau mais je prévois de construire un rocket stove pour pouvoir optimiser le système.

 

Les huiles essentielles ne sont pour l’instant pas disponibles à la vente car je souhaite les intégrer dans la futur gamme de cosmétiques que je vous proposerai 🙂