Distillation par entrainement à la vapeur d’eau

Distillation par entrainement à la vapeur d’eau

8 octobre 2018 Non Par Frédérique Legendre

Les hydrolats ou eaux florales sont issus de la distillation des plantes dans un alambic.

La distillation peut intervenir juste après la cueillette (lavande, basilic, menthe..) ou après quelques jours de préfanage (à l’ombre et bien ventilé), pour les résineux (pin, sapin, cyprès, etc…).

Le procédé d’extraction utilisé est la distillation par entraînement à la vapeur d’eau. Pour ce faire, je dispose d’un alambic en cuivre à colonne de 100L.

Pour les hydrolats, le rapport est de 1 pour 1, c’est à dire que pour 1 kg de plantes cueillies je récupère 1 litre d’hydrolat de cette plante.

Les plantes sont soit placées dans la colonne soit dans le chaudron (pétales uniquement).

L’eau est placée dans la chaudron, chauffée et une fois arrivée à 100° devient vapeur.

La vapeur d’eau passe dans la cuve qui contient la plante à distiller. Au passage elle se charge en “composés actifs” de la plante, puis est refroidit en passant dans le serpentin entouré d’eau froide et sort donc en phase liquide.

Le résultat est le distillat, il contient l’hydrolat (ou l’eau florale) et l’huile essentielle de la plante distillée. Celui arrive dans l’essencier qui permet de séparer les deux par décantation.

L’essence est une sécrétion naturelle de la plante contenue dans des micro-poches. Celles-ci, selon les plantes, peuvent se trouver dans les fleurs, les feuilles, les semences, la tige, les aiguilles, le bois et les racines.

L’huile essentielle est plus légère, elle se retrouve donc à la surface et reste dans l’essencier. Les hydrolats sortent de l’essencier et stockés dans un bidon. Ils sont filtrés directement à la sortie de l’essencier.